Je suis…ce dont je me défends

Complotisme, stigmatisation de la communauté musulmane, recherches auto-culpabilisante des causes de la violence dans la misère moderne des cités, amalgames racistes divers sous fond de refus de la « barbarie », lectures simplistes et orientées de l’histoire moderne, mises en garde contre les détournements politiques à des sécuritaires, proclamations de la guerre civile à venir et de la guerre de civilisation en cours… après quelques jours « d’union nationale » face à l’intolérable, nous avons retrouvé de toute évidence les cacophonies familières du vaisseau France.

A présent que l’unité d’un « Je suis Charlie » de 3,7 millions de citoyens s’efface en fondu enchaîné, les expressions singulières se multiplient en effet dans la plus grande confusion sur les réseaux sociaux, dans les médias et au cœur des discussions privées. A l’émotion indiscutable de ce moment d’histoire où « la France – centre du monde – a dit Non » se substituent à présent des réactions bien plus diverses. Au risque de déplaire aux plus optimistes d’entre nous, c’est peut-être maintenant que la marche citoyenne commence vraiment.

Nouvelle année : le vrai faux-problème des mauvaises bonnes résolutions

2015Petite tranche de réalité-fiction dont les ressemblances seraient purement fortuites :

Minuit passée, dans la nuit du premier janvier. D’un « 5, 4, 3, 2, 1, Bonané » votre hôte de réveillon a libéré la liesse à l’approche du dessert. Vous vous précipitez vers votre meilleure amie Rita (prénom non contractuel) pour l’embrasser et lui souhaiter tout le meilleur.

« Et toi, qu’est-ce qu’on te souhaite pour cette nouvelle année ?
– Dix kilos de moins », lui répondez-vous, sans trop avoir réfléchi. On ne réfléchit jamais assez pour dire ce genre de choses. C’est dans l’air, c’est sorti tout seul.
« Ça ne pourra pas te faire de mal », réplique-t-elle avec un sourire complice. Ça aussi, c’est sorti tout seul. De toute évidence, vous en avez vraiment besoin.

Et puis c’est trop tard à présent. Les mots ont été prononcé, vous ne pouvez plus les reprendre. Il va vous falloir honorer vos bonnes résolutions naissantes : manger plus sain, faire du sport, arrêter de fumer, boire moins d’alcool, reléguer la télévision au sous-sol, lire des livres, prendre soin de vous, changer de job, trier vos déchets, commencer à vous intéresser à l’écologie et à la politique… La liste est potentiellement infinie des « changements essentiels » que nous nous jurons de mener à bien autour du passage rituel de la nouvelle année.